Dimanche soir. Je reçois un message sur facebook de Caroline:

- Désolé de te déranger, Enzo, mais je suis à deux doigts de retourner chez ma mère.

- Oula. Ben raconte.

- Je ne reconnais plus Sylvain. Il est insupportable et fait déjà pas mal de temps que ça dur.

- Et donc??!!

- Je sais que tu fais des trucs bizarres, tu ne veux pas t'occuper de mon Sylvain?

- Ben si. Tu penses à quoi?

- Aux trucs que tu passes ton temps à me raconter avec les entités, les fantômes. Les trucs qui me font briller les yeux quand c'est chez les autres.

- T'as regardé ses yeux?

- Ses yeux sont vides. Ce n'est pas mon Sylvain.

- Ok. Je regarde.

J'attrape ma fidèle compagne par les baguettes (pas Madame Enzo, hein. J'attrape Antoinette, mon antenne de Lecher) et j'interroge. Une fois les informations prisent, je rappelle mon amie.

- Sylvain est envahie. Un adolescent de 13 ans, et ça depuis le 4 janvier.

- ....!!!!????.....

- Lui: Oh put..... cette date, c'est l'enterrement de mon grand père. Tu crois que...???

- Je ne crois pas. J'en suis certain. Les cimetières et les églises, quoi de mieux pour rencontrer du monde invisible?

- Elle: Naaannn (c'est son truc ça. Elle dit souvent NNNaaaannn avec la gorge quand elle est surprise). Je l'ai engueu.er cette semaine parce qu'il se comportait comme un ado et il me saoulait trop.

- Sylvain, tu me donnes l'autorisation de te libérer, délivrer et patati et patata.

- Ah ben oui hein.

On raccroche. Je mets en place mon petit autel à moi que j'ai. Une jolie bougie, un peu d'encens et je raccompagne ce pauvre petit bonhomme là ou il doit être aujourd'hui. Je te passe le grand frisson qui m'a parcouru la colonne vertébral, du bas du dos jusqu'à la tête. Frisson très froid bien entendu.

Je rappelle pour échanger une dernière fois et dire que tout est ok pour moi.

Le lendemain je reçois un sms de Sylvain: L'homme a tenu les toilettes une partie de le soirée. Il m'indique qu'il se sent beaucoup moins énervé, qu'il a super bien dormi, enfin. Puis un sms de Caroline: J'ai retrouvé mon Sylvain. Ma mère ne me parle plus. Elle se faisait une joie de me récupérer (ça c'est moi qui le rajoute :) )

J'ai sauvé un couple. Je suis un peu bête, parce que moi, je l'aurais bien récupéré la jolie Caroline. Mais j'ai une éthique. C'est pénible l'éthique.