Journal d'Enzo, sorcier en devenir

07 janvier 2019

Des fantômes à la cave

Cet après midi de décembre, je travaille dans une grande maison bourgeoise. La lutte a été sans pitié, mais j'ai eu gain de cause. A l'origine je ne savais pas trop quoi faire en arrivant ici. La propriétaire du lieu se dit fatiguée et pense que je peux faire quelque chose pour elle.

Bien bien bien.

Après avoir discuter une bonne demie-heure, je décide de travailler sur la maison, puis sur son habitante. Résultat des courses, douze âmes errantes on trouver le chemin de la lumière. Mais j'y ai laissé des plumes. Mon hôtes est bien plus consommatrice d'énergie que les sales gosses que j'ai viré de notre bonne vieille terre. Mais j'ai quand même réussi à atteindre l'humaine. Elle a fini par baisser un peu les armes. Je suis sur le point de prendre congés quand elle me parle de sa cave.

Cette cave je la connais. On m'en a déjà parlé. Je ne veux pas y toucher. ça pue.

Et puis je suis cassé. Arpenter une maison de 250m2 à la poursuite de l'invisible en plus du reste, je suis cuit. Je n'ai pas l'habitude d'enchainer une expertise de maison et un soin bio-énergétique. C'est trop. Même si la bioE n'était pas poussée comme je le fais d'habitude.

Mon hôte me demande si je veux aller voir la cave. Elle m'explique un peu. Je m'entends dire pourquoi pas.

Puta.n de curiosité. Grrrr. Je vais me brûler les ailes, bon sang.

Alors, j'attrape Toinette et nous y allons. Nous descendons un escalier. J'attrape un frisson du bas de la colonne, jusqu'en haut de la tête. Je suis limite à faire demi-tour. Mes hôtes (la soeur s'est jointe à notre expédition) me demandent ce qu'il se passe. J'informe. Elles commencent à baliser. Je leur dis que maintenant qu'elles m'ont traîné là, on y va.

J'approche de la porte. Porte qui n'est là que pour la déco. Derrière c'est muré. Oui oui. Muré. Ces gens ont acheté une maison avec une partie de la cave murée.... Et ils n'ont pas cherché à casser le mur pour récupérer les mètres carré. En même temps, inconsciemment, ça n'intéresse personne au vu des ressentis.

Je me plante devant la porte. Je suffoque un peu. Le chakra du cœur est hs (c'est par là que je ressens les présences). Je demande à Toinette ce qu'elle pense du derrière de la porte. C'est un peu pour la forme parce que mon corps m'a déjà tout dit, mais il faut bien trouver du réconfort comme on peut.

Bon, mais ils sont combien là derrière?

- Dis Toinette, ils sont combien là derrière?

1

2

3

4

5

......

11

12

13

14

15

Outch.

Je resète mon cerveau. Et je recompte. Quinze. Il y a bien quinze âmes errantes dans cette foutue pièce murée.

Je décroche. Il faut que je remonte à la surface pour reprendre mon souffle. Je suis parcouru de soubresauts. On échange avec mon hôte. Je lui demande si elle connaît l'historique de la maison. J'ai daté. Ces gens sont là depuis 1910. Mais on en sait pas bien plus. Je pense à cimetière. Je demande si c'est gens ont été enterré là. Toinette dit oui.

Je décide d'écourter le débat. Je ne ferais pas plus d'enquète. Je suis cuit. Je n'ai plus envie. La journée a déjà été bien chargé en émotions.

Bon mais je ne vais pas laisser ça comme ça? Je demande à mon hôte: "Qu'est que je fais? Je fais partir? C'est dommage. On n'en sera pas plus sur cette histoire là?".

Elle dit oui. Et je suis d'accord avec elle, même si j'ai vraiment la pétoche. Mais je me sous estime.

J'attrape Toinette par les cheveux, je me bouche le nez et je plonge.

Je me plante devant la porte. Je frissonne. ça ne s'arrête pas. J'empoigne ma fidèle Toinette. Je lui demande si je suis capable de le faire et si je suis autorisé. Tout est au vert. Flûte (c'est pas ce que j'ai dit à ce moment là, mais c'est l'idée) je vais être obligé de le faire.

Toinette va me guider. Je ferme les yeux et je commence le travail. Je ne travaille plus avec les archanges. Je leur ai donné congé. Ils ont sûrement mieux à faire ail leur. J'ai mis au point une autre technique de part les dernières formations que j'ai faites. Ça me permet de ne plus demander d'aide à des intervenants extérieurs et ça me convient bien. Je suis un travailleur solitaire, moi, môssieur. Je suis plus en accord avec cette nouvelle technique. Mais va-t-elle être suffisamment efficace pour ce projet là?

Je dois m'y reprendre à deux fois. Je suis essoufflé. C'est trop long et puis...

... et puis tout s'ouvre.
La légèreté s'installe.
Mon chakra du coeur reprend sa place.
Je ne sais toujours pas ce qu'il y a derrière la porte.

Ce que je sais/sens, c'est qu'il n'y a plus d'âmes. J'aurais envie d'aller brûler de l'encens, mais je n'ai pas accès. Alors, je pense Reiki (Oui, oui. Je sais aussi faire ça). Je signe HSZSN, je souffle et je pousse à l'intérieur, pareil pour le SHK et le CKR.

Je fais un pas en arrière, je tends mes mains. J'envoie l'énergie de l'amour inconditionnel. Ces personnes sont sans doute mortes dans d'atroces conditions. enterrées derrière une cave murée, ça sent pas la fête.

Je suis mort (sans jeu de mots :) ).

Mes deux hôtes m'ont regardé travailler dans un silence religieux. Je pense que c'est vraiment là qu'elles ont compris que mon métier n'était pas une blague. Que je travaille avec le coeur quitte à y laisser quelques plumes.

D'ailleurs elle voulait me payer pour ça. J'ai refusé.

En rigolant, elles m'ont dit qu'elles m'appelleraient quand elles feront abattre le mur. 

Elles me demandent ce qu'elles vont trouver. Je leur réponds "des os, sûrement". Un peu par provoque, mais j'y pense.

Grosse expérience.

Dans la soirée j'ai reçu un joli sms de remerciement de la part du coeur de pierre qui m'a reçu en début de journée.

 

Posté par Thygo à 16:52 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23 mars 2018

Je retourne chez ma mère

Dimanche soir. Je reçois un message sur facebook de Caroline:

- Désolé de te déranger, Enzo, mais je suis à deux doigts de retourner chez ma mère.

- Oula. Ben raconte.

- Je ne reconnais plus Sylvain. Il est insupportable et fait déjà pas mal de temps que ça dur.

- Et donc??!!

- Je sais que tu fais des trucs bizarres, tu ne veux pas t'occuper de mon Sylvain?

- Ben si. Tu penses à quoi?

- Aux trucs que tu passes ton temps à me raconter avec les entités, les fantômes. Les trucs qui me font briller les yeux quand c'est chez les autres.

- T'as regardé ses yeux?

- Ses yeux sont vides. Ce n'est pas mon Sylvain.

- Ok. Je regarde.

J'attrape ma fidèle compagne par les baguettes (pas Madame Enzo, hein. J'attrape Antoinette, mon antenne de Lecher) et j'interroge. Une fois les informations prisent, je rappelle mon amie.

- Sylvain est envahie. Un adolescent de 13 ans, et ça depuis le 4 janvier.

- ....!!!!????.....

- Lui: Oh put..... cette date, c'est l'enterrement de mon grand père. Tu crois que...???

- Je ne crois pas. J'en suis certain. Les cimetières et les églises, quoi de mieux pour rencontrer du monde invisible?

- Elle: Naaannn (c'est son truc ça. Elle dit souvent NNNaaaannn avec la gorge quand elle est surprise). Je l'ai engueu.er cette semaine parce qu'il se comportait comme un ado et il me saoulait trop.

- Sylvain, tu me donnes l'autorisation de te libérer, délivrer et patati et patata.

- Ah ben oui hein.

On raccroche. Je mets en place mon petit autel à moi que j'ai. Une jolie bougie, un peu d'encens et je raccompagne ce pauvre petit bonhomme là ou il doit être aujourd'hui. Je te passe le grand frisson qui m'a parcouru la colonne vertébral, du bas du dos jusqu'à la tête. Frisson très froid bien entendu.

Je rappelle pour échanger une dernière fois et dire que tout est ok pour moi.

Le lendemain je reçois un sms de Sylvain: L'homme a tenu les toilettes une partie de le soirée. Il m'indique qu'il se sent beaucoup moins énervé, qu'il a super bien dormi, enfin. Puis un sms de Caroline: J'ai retrouvé mon Sylvain. Ma mère ne me parle plus. Elle se faisait une joie de me récupérer (ça c'est moi qui le rajoute :) )

J'ai sauvé un couple. Je suis un peu bête, parce que moi, je l'aurais bien récupéré la jolie Caroline. Mais j'ai une éthique. C'est pénible l'éthique.

Posté par Enzo Terric à 07:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 janvier 2018

Visite du domaine #1

Midi. Nous arrivons au coeur du beaujolais sur le très beau domaine d'un couple de viticulteur de ma connaissance.

Depuis que je suis perché, lui, s'interroge sur son exploitation. Il affirme qu'il y a, chez eux, des endroits ou ils se trouvent extrêmement bien et d'autres ou c'est tout l'inverse. Je me frotte les mains. Mon petit bonhomme intérieur (PBI) jubile. Il y a longtemps que j'attends ce moment.

Nous nous saluons très chaleureusement. Elle, elle est au marché en train de vendre le pain. C'est une de leur ressource. Vendre un pain merveilleux. Tout est fait chez eux. Du blé jusqu'au pain. Quand je dis merveilleux, c'est merveilleux.

Nous voici parti sur leurs terres. Il y a, sur la parcelle de "la musicienne" (j'adore), un endroit ou ils se sentent super bien et ou les plantations sont plus prolifiques qu'ailleurs. Mon PBI commence à ne plus se sentir. Ça sent le sacré à plein nez.

Je m'accroche à Antoinette, mon antenne et j'arpente le terrain gorgée d'eau. Et bim une fois. Bim deux fois. Nous  voici sur un croisement de réseau sacré. Et devine quoi!! Juste à l'endroit du ressenti de nos hôtes. On arpentera encore un peu le terrain pour en trouver d'autre, mais bon, c'était celui-là qui les chagrinait.

Puis notre guide nous dirige vers une petite cabane en pierre. Il a le sourire. Il semble heureux du moment et des réponses déjà apportées. Il y en a beaucoup dans le beaujolais. Ces cabanes étaient utilisées pour ranger les outils à l'époque. Celle ci est magnifique et en très bon état.

- Et là? Donc? Tu t'y sens comment?
- Pas bien. Surtout devant la cabane.

Allons. Antoinette en main. Je lance le scan. Le scan spécial "gens qui sont là, mais pas en vrai". Et bim. Il y a quelqu'un devant la porte. Mon PBI se planque derrière un morceau de folie qui traîne par là. Il a un peu la pétoche.
C'est Une femme. Partie il y 12/13 ans à l'age de 31 ans environ. Nous n'en saurons pas plus. Nous savons pourquoi il y a mal-être et ça suffit au viticulteur. On palabre quand même un peu. Je lui dis que, si il n'a rien à faire, un jour, il peut venir faire un petit tour avec sa douce, pour accompagner cette jeune personne, là ou elle devrait être aujourd'hui.
Il dit qu'il ne sait pas faire. Je lui dis que si. Je lui explique. Il est dubitatif.

A la fin de la journée il saura faire. Promis....

Posté par Enzo Terric à 21:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 décembre 2017

C'est une poouuppéééé qui fait......

Comme je souhaitais fuir les festivités de Noël, avec Madame Enzo, nous avons plié les gaules en ces dernières semaines de l'an de grâce 2017, pour nous rendre dans une merveilleuse bâtisse de 1664.

Hum hum.

Bretagne.... 1664. Autant dire que ça ne sentait pas super bon. J'avais décidé de ne pas pratiquer pendant ces vacances. J'avais suffisamment travaillé en soins, en géobiologie depuis que je pratique et l'ouverture de ma micro-entreprise m'avait pris beaucoup d'énergie. J'avais quand même amené Antoinette (mon antenne de Lecher) au cas ou.

Et puis je voulais investir dans les baguettes coudées de Rose et Gilles en plus d'un bouquin sur la médecine symbolique. J'allais avoir de quoi m'occuper si jamais.

IMG_20171228_190827

Et voici la première nuit.

Nuit agitée. Cauchemardesque. Pour nous deux. Un nuit cauchemardesque pour nous deux, c'est présence d'âmes errantes à tous les coups. On aurait pu s'en douter. 
Le lendemain, à table, nous échangeons avec le couple qui a bien voulu passer une semaine avec nous. Il faut se les fader les gars qui passent leur temps à raconter des trucs bizarres. Je comprendrais qu'ils lâchent l'affaire, mais je crois que ça les amusent.
On convient que, lors de la visite d'une pièce, tout le monde n'a pas eu de bon ressenti. J'oeuvre donc avec Antoinette, au petit matin, pendant que la demeure se repose (c'est beau non?).

4.2. Bing et bong. Deux. Ils sont deux et ça fait très longtemps qu'ils sont là. A priori des habitants de la maison. Ça ferait entre 45 et 50 ans qu'ils ne seraient plus là. Bref. J'harmonise (puisque c'est comme ça qu'on dit dans les milieux z'avisés).

Pendante que j'y étais, j'ai déplacé les réseaux perturbateurs qui se croisaient sur notre lit. 

La nuit suivante est mieux, mais c'est loin d'être top. On est dans un lit motorisé. Le géobiologue n'aime pas les lits mécanisé, parce que le géobiologue est un chie.r. On le débranche. Mais rien de mieux.

En testant la pièce, je ne trouve que des valeurs nocives et non ressourçantes. Je propose à Madame Enzo, fanée elle aussi (par rebond, les femmes de géobiologue sont elles aussi des chie.ses. Y'a pas de raison) de changer de chambre. Il y en avait une en face de la notre qui était libre. On la teste et on déménage

Pendant ce temps, je tombe malade. Normal. Une grippe que je tiens au Reiki pour ne pas qu'elle se développe, mais bon. Tout ça est usant pour des vacances. Et puis je deviens acariâtre. Mon entourage ramasse. Je me vois faire. Je me maudit, mais bon.

Et je prends mal au dos. Une douleur que je connais. Une douleur qui est là quand je traîne avec moi, de la compagnie. Seulement, je n'ai pas réussi à détecter. Alors j'ai fait appel à une amie... chaman qui me l'a enlevé. Un mauvais esprit. Pfff. Il ne manquait plus que ça.

Bon mais revenons à notre chambre. On a encore rien réglé.

Le fait de changer de chambre nous a changé la vie. Les nuits sont enfin réparatrices et les siestes profondes.

Et puis, pendant la petite ballade du jour, Madame Enzo raconte: "T'as vu la poupée dans la chambre?"
Moi: Non.
Elle: Ah ouai!! C'est ou qu'on a vu que les masques africains et certaines représentations humaines pouvaient apporter du négatif?
Moi: Ben oui. C'est vrai. Mais je ne vois pas de quelle poupée tu parles?
Elle: Elle s'est sans doute cachée de toi?
Moi: .....

Je ne vous raconte pas qu'en rentrant j'ai sauté sur Antoinette et que j'ai été voir? Si?

Bon, puisque tu insistes, je continue. 

Je rentre dans la chambre et fais attention à mes sensations. Oups!! Ça ferme. Madame Enzo dit qu'elle avait mal au chakra du plexus solaire quand on était là.

IMG_20171228_173331
Je me dirige vers la belle. Et je teste. Mon échelle me donne -14. Cette valeur là, c'est zone pathogène, risque sérieux de maladie. Voilà voilà.

On la sort de la chambre. Tout de suite on se sent mieux.

Et pourquoi le titre me diras-tu?
Si t'as un peu de jugeote tu vas trouver. 

Posté par Enzo Terric à 20:02 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 décembre 2017

303

Aller hop. Une petite anecdote du matin.
En ce moment, je prends des plaques d'eczéma. Et oui. Même les soigneurs peuvent être malade. C'est pénible, mais bon. Cette petite épreuve est un message. j'en suis certain. Je te dirais ce que j'en pense plus tard.

Lors d'un salon, j'ai acheté la bible du Reiki. Un super livre. Vraiment. Cette nuit, je pensais/rêvais à ce problème d'eczéma et je cherchais dans le livre, la page qui parlait de ce problème. (Comme je n'arrive pas à lire en vrai, ben je lis en rêve. Comme ça, je gagne du temps, mais l'histoire est pas toujours très claire et je n'ai pas toujours le temps de finir la page que j'ai commencé :) )

Dans mon rêve la solution était page 303.

Ce matin, j'ai enfin pris le temps de m'occuper de moi (Tu connais l'histoire du cordonnier le plus mal chaussé? C'est pas la peine que je te la raconte?). De traiter ce problème. Problème que j'ai commencé à gérer mais d'une façon très peu sérieuse depuis le début et qui s'étend un peu. Comme si on voulait me dire: "Hé ho! Tu voulais tester. Alors on t'en donne l'occasion. Teste. On ne va pas bosser pour rien nous", si tu vois ce que je veux dire.

Et donc, ce matin j'ai cherché dans le livre la page "eczéma". Et devinez quoi????
Ben je me suis trompé.

Dans le livre ce n'était pas la page 303.....

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

-

mais 330.
Le tiercé dans le désordre quoi.

Posté par Enzo Terric à 08:12 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


06 novembre 2017

Vous chassez le vampire?

Hier après midi, comme il m'arrive parfois, je suis allé harmoniser une chambre. J'en avais déjà fait l'expertise, y'avais plus qu'à finalisr. Comme le demeure visée n'était pas très loin de ma tanière, je m'y suis rendu, non pas sur mon balaie magique, mais avec mes deux pieds non moins magique puisqu'ils me permettent de me rendre d'un point A à un point B sans une goutte d'essence.

Pour harmoniser cette chambre, j'avais besoin de deux beaux pieux en bois de deux mètres chacun. Autant dire que je ne suis pas passé inaperçu, moi qui aime voyager incognito.

Puis, me voilà en attente devant la porte de ladite demeure, mes deux pieux dans la main, (le troisième étant, lui, resté bien au chaud. Mouarf).

Voilà que se meut (comme disait Marguerite), vers moi, une camionnette. Elle s'arrête à ma hauteur (un mètre quatre vingt environ). Son pilote descend la fenêtre et me dit:
- "Vous allez chasser le vampire?"
- "Oui, lui dis-je, il faut bien que quelqu'un s'en occupe".
- "Bonne chasse, me rétorqua-t-il interloqué, mais souriant".

Fin de l 'histoire?

Et bien non.

Cette nuit j'ai fait des rêves à la limite du cauchemardesque. Je me suis réveillé régulièrement. J'étais taciturne. Je savais, mais j'ai eu la flemme de me lever.
Je savais que je n'étais pas tout seul.

Ce matin j'ai interrogé mon amie Toinette:
- "Dis Toinette, tu crois que j'ai un fantôme avec moi?"
- "Évidemment, me répondit-elle agacée."
- "Pffff. Et c'est qui?"
- "Devine??"
- "Le chauffeur de camionnette?"
- "Et voilà. Tu gagnes mille euros et le droit de faire une prière avant d'aller bosser ce matin."

C'est pas une vie d'être apprenti sorcier.

Posté par Enzo Terric à 08:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 novembre 2017

Miniboite in progress #01

Je n'ai pas été très présent dans le coin ces temps ci. Il se passe plein du truc qui te plairait, mais je n'ai pas trop le temps de te le raconter. Par contre, ce que je veux que tu saches, c'est que je tente de monter ma micro-entreprise pour faire de mes pratiques de Reiki, Géobiologie, Bioénérgétique, une activité secondaire et déclarée.

Dans une connexion avec mes guides que mon maître Reiki avait fait pour moi (ben oui. Je trempe aussi un peu dans ces trucs là), il était question d'une fusée. Il fallait que je fabrique ma fusée. Que je prenne le temps de l'assembler. Que je serre les boulons le plus plus consciencieusement possible avant de décoller. J'ai bien tout noté dans un coin de ma tête. Ça m'a bien fait marrer sur le coup, puisqu'il n'était pas question de faire une miniboite à l'époque, mais bon. J'ai noté.

Je prends donc le temps. Miniboite se dessine tranquillou. J'ai un nom de domaine, un logo, des offres, un site en cours de fabrication. Je sais ce que je dois faire.

J'avais décidé de m'inscrire en janvier 2018. Mais je suis impatient. Alors je me précipite un peu, mais mes guides veillent sur moi:

Cette semaine j'achète mes boulons et je tente de les visser.
Cette semaine je tente de trouver une banque pour mon compte en banque pour Miniboite.

Mais voilà. C'est pas si simple. J'ai des exigences. Je souhaite que ça me coûte le moins possible. Si je mangue le peu que je vais gagner (enfin j'espère) dans des frais de banque, ça va pas le faire. Je souhaiterais faire le plus éthique possible quitte à payer (bon mais ça, je pense que je vais laisser courir). Rien ne s'emboite.

En désespoir de cause, j'ai été voir ma banque, qui ne me convient plus au passage. J'ai expliqué. La personne derrière le guichet s'est plongée dans ses tarifs, pour finir par me dire de prendre rendez-vous, afin de discuter avec mon incapable de conseiller.

Rendez vous pris le...... 25 novembre. C'est pas la porte à côté. 

Ma banque met tout en oeuvre pour moi (pour qu'il ne se passe rien). 33 ans que je suis client, mais je ne suis pas dupe.

Et puis, je me dis que ce sont mes guides qui repoussent l'échéance. C'est vrai que je suis impatient. Que je voudrais que ça aille plus vite. Mais je sens bien que je veux aller trop vite. Tout n'est pas prêt. En tout cas au niveau d'exigence que je souhaite aujourd'hui. Les guides veillent. Ils repoussent. Ils me repoussent. Je n'ai pas encore les bons boulons. Je ne les ai pas encore suffisamment serré. La fusée vrombit, mais elle risque de ce disloquer si elle décolle aujourd'hui.

Heureusement que je ne suis pas seul à bord.

Posté par Enzo Terric à 23:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 septembre 2017

L'ange Raphaël

Ça commence par un texto: "Coucou. J'aimerais savoir si tu peux tester si je 'ai personne avec moi? J'ai ouvert un placard et j'ai été envahi ....

Bon mais moi, je suis au bureau. C'est pas simple. Et puis, il s'agit de ma compagne quand même alors bon. Y'a des priorités dans la vie non?
Alors, je m'isole et je teste. Et bing. Une entité d'accroché sur ma belle.
Ai-je le droit de la faire monter? Oui. C'est bon.
Je me concentre. Je fais une première prière et ziiip. Je sens qu'elle est partie. Je suis étonné. Elle est partie bien vite celle-là. Je reteste. C'est bon. Ma princesse est libérée. ouf.
Est-ce que notre hôte est montée dans la lumière? Oui. C'est bon. Tout va pour le mieux

Et puis le soir, nous débriefons. Mais qui ça peut bien être?

Avant d'avancer, Madame Enzo ajoute qu'elle a senti quelque chose se blottir contre elle avec une immense tristesse qui l'a envahi. Bien.

Je ressors mon antenne et interroge.
Est-ce que c'est quelqu'un qui a travaillé à l'école? Non.
Est-ce que c'est un élève? Oui. Outch. C'est flippant quand même.

Je continue.

Je cherche l'age de l'enfant. Un.. deux... trois... quatre... cinq... six. On est entre cinq et six ans.
Garçon, fille? Garçon.
Et il y a combien de temps? Un... deux etc.... six ou sept ans.

Bon.

C'est pas très heureux tout ça. Madame Enzo dit qu'elle va se renseigner demain.

Le lendemain, c'est chose faite. Elle s'est un peu dévoilée à quelques une de ses collègues et a posé les questions.

Les collègues se rappellent. Elles se rappellent d'un petit Raphaël à l'époque cité. Ce petit était fier, fort, mais malade. Il avait des poches. C'est le souvenir. Et puis il n'est plus revenu à l'école. Personne dans l'équipe ne sait ce qu'il est devenu.

J'ai donc refait des tests sur ces nouvelles infos. Ai-je vraiment été objectif? Je pense. Mais il s'agit bien de ce petit bonhomme? Bonhomme qui s'est réfugié dans son école avant de monter, en attendant qu'on lui ouvre la porte et qu'on lui montre le chemin.

Merci pour lui Madame Enzo. Nous avons bien oeuvré.

Posté par Enzo Terric à 22:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 août 2017

Ma vie de chasseur

Il faut quand même que je le raconte. Depuis plus d'un an je suis devenu un ghost buster. C'est pas un choix. On ne m'avait pas dit que je croiserai ce genre d'énergumène quand j'ai commencé le Reiki. Moi, je veux soigner le vivant. Pas les mi-morts. Mais je n'ai pas le choix. Enfin si. J'ai le choix d'arrêter toutes les pratiques que j'ai mise en route ces derniers temps.

La première fois que j'ai été confronté à ce mot "Entité", c'était lors de l'arrivée dans cette merveilleuse maison ou j'ai eu l'occasion de passer mon niveau deux de Reiki. Le soir même de mon arrivé, je me suis retrouvé autour d'une table, avec des personnes dites normales (mouai mouai mouai. Avec le temps, elles ne l'étaient pas tant que ça) et des sorcières. On m'a dit: Tenons nous tous la main. Nous allons faire partir des entités. Euh.... mais nan!!! Chu pas d'accord moi. Et pis on m'a pris la main. Et comme je suis un garçon un peu curieux, ben j'ai oeuvré. C'était très étrange.

La seconde fois, il y a eu cette première expérience avec le Reiki. une jeune fille très proche qui me demande une séance de Reiki parce qu'elle a un problème avec une vielle cicatrice  au ventre. Il y a des années, elle s'est faite opérer d'un énorme kyste aux ovaires. Ces derniers temps cette cicatrice est gênante. Alors elle me demande de l'apaiser. Allons.

Me voici avec mes symboles Reiki, a oeuvrer sur le jeune fille quand tout à coup, alors que je traitais cette fameuse cicatrice, me voilà traversé d'un énoorme frisson d'une froideur sans nom. Elle est passée dans ma main droite, s'est dirigée vers mon plexus solaire, est descendue jusque dans mes pieds pour remonter jusqu'au crane et s'évacuer par là.

Brrrr. Rien que d'y penser, j'en ai la chaire de poule. Je ne savais pas aujourd'hui, que c'était une entité accrochée là.

Et puis, je me suis jeté dans la géobiologie en pensant que ça allait être plus calme. Et ben nan. La géobiologie, c'est aussi l'harmonisation des lieux. L'harmonisation passe par le travail des entités. La mémoire des murs? Ça te dit?
Ça ne t'ai jamais arrivé de rentrer quelques parts et de te sentir envahi? Pas bien? Avoir froid? Si? Ben voilà. C'est ça. Et donc, en me formant à la géobiologie, j'ai mis les deux pieds dedans.

Alors je fais. Je ne suis pas fan de l'affaire, mais je fais. C'est pas ma came. D'autres font ça mieux que moi et sont choisis pour ça. Je t'en propose quelques bouts ici, mais il y en a plein d'autre que je n'ai pas écrit ici.

Voilà pourquoi je fais passer les entités vers la lumière aujourd'hui avec amour et bienveillance, quand j'y suis autorisé.

Posté par Enzo Terric à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 août 2017

Première ascension

Hier matin, nu dans mon canapé, je me suis offert une petite méditation comme je n'en avais plus fait depuis quelque temps, autosoins du troisième niveau de Reiki oblige. Et puis, comme j'étais bien et que je m'aime bien, je me suis autorisé ma première tentative d'ascension pour voir mes guides.

Pourquoi pas moi? Hein? Dis voir?

J'ai déployé mon chakra racine jusqu'au tréfonds de la terre (c'est comme ça qu'on m'a dit de faire). Puis étendu mon chakra couronne (Tu sais faire toi étendre ton chakra couronne?). 

J'avoue, chu un peu une chochotte, alors j'ai un peu peur. Cette peur que je connais depuis que j'ai mis le pied gauche dans l'ésotérisme et que je tente de découvrir encore et encore. La curiosité finit par vous emmené sur de drôle de chemins.

Je me présente au pied du merveilleux Cèdre que nous avons dans notre copropriété. Cet arbre est majestueux. Je l'adore depuis le début. Je suis allé le voir plusieurs fois. Il est situé sur un croisement de réseau sacré (oui, je ne t'ai pas encore raconté ici, mais je fais aussi un peu de géobiologie). Il l'utilise bien, le majestueux.

Et je commence mon ascension. Je grimpe en colimaçon sur cet arbre. Pourquoi pas? Plus rien ne m'étonne aujourd'hui. Je rappelle pour celui ou celle qui l'aurait oublié, je ne fais pas ça en vrai hein. C'est une méditation. Tu imagines les voisins qui me verrait grimper dans l'arbre de cette façon? 

La montée est longue. Je traverse les nuages. C'est très jolie.

Je passe la tête au dessus de la couche nuageuse. Je suis bien. Apparaît un village de type Marocain. Très blanc. Très beau. Très lumineux, avec plein de petites maisons cubiques, dont une plus grande au dessus des autres. Oui, oui. C'est étrange, mais si t'es sur ce blog, tu dois t'y attendre un peu.

Je suis fusillé. Fusillé par un énooorme frisson qui me parcours de haut en bas, à vaciller sur ma position (assise donc). Cette sensation a été très surprenante, belle et agréable. Seulement, j'ai perdu pied et le file de mon voyage, tellement la sensation a été intense. Ensuite, tout s'est emmêlé. J'ai vu des gens (qui me tendaient un bol avec bienveillance, pour l'un d'entre eux). Il s'est passé une multitude de chose que j'ai oublié tellement j'ai été déstabilisé par mon arrivée.

Le temps terrestre s'est étendu. J'ai fini par basculé sur le flan pour m'endormir avec les quelques photos souvenirs que j'avais gardé de cette expérience.

Je me suis réveillé, une heure plus tard, un peu abasourdi par ce qu'il s'était passé. Je ne tire rien de cette expérience, juste peut être que je peux le faire.

Posté par Enzo Terric à 07:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :