Comme je souhaitais fuir les festivités de Noël, avec Madame Enzo, nous avons plié les gaules en ces dernières semaines de l'an de grâce 2017, pour nous rendre dans une merveilleuse bâtisse de 1664.

Hum hum.

Bretagne.... 1664. Autant dire que ça ne sentait pas super bon. J'avais décidé de ne pas pratiquer pendant ces vacances. J'avais suffisamment travaillé en soins, en géobiologie depuis que je pratique et l'ouverture de ma micro-entreprise m'avait pris beaucoup d'énergie. J'avais quand même amené Antoinette (mon antenne de Lecher) au cas ou.

Et puis je voulais investir dans les baguettes coudées de Rose et Gilles en plus d'un bouquin sur la médecine symbolique. J'allais avoir de quoi m'occuper si jamais.

IMG_20171228_190827

Et voici la première nuit.

Nuit agitée. Cauchemardesque. Pour nous deux. Un nuit cauchemardesque pour nous deux, c'est présence d'âmes errantes à tous les coups. On aurait pu s'en douter. 
Le lendemain, à table, nous échangeons avec le couple qui a bien voulu passer une semaine avec nous. Il faut se les fader les gars qui passent leur temps à raconter des trucs bizarres. Je comprendrais qu'ils lâchent l'affaire, mais je crois que ça les amusent.
On convient que, lors de la visite d'une pièce, tout le monde n'a pas eu de bon ressenti. J'oeuvre donc avec Antoinette, au petit matin, pendant que la demeure se repose (c'est beau non?).

4.2. Bing et bong. Deux. Ils sont deux et ça fait très longtemps qu'ils sont là. A priori des habitants de la maison. Ça ferait entre 45 et 50 ans qu'ils ne seraient plus là. Bref. J'harmonise (puisque c'est comme ça qu'on dit dans les milieux z'avisés).

Pendante que j'y étais, j'ai déplacé les réseaux perturbateurs qui se croisaient sur notre lit. 

La nuit suivante est mieux, mais c'est loin d'être top. On est dans un lit motorisé. Le géobiologue n'aime pas les lits mécanisé, parce que le géobiologue est un chie.r. On le débranche. Mais rien de mieux.

En testant la pièce, je ne trouve que des valeurs nocives et non ressourçantes. Je propose à Madame Enzo, fanée elle aussi (par rebond, les femmes de géobiologue sont elles aussi des chie.ses. Y'a pas de raison) de changer de chambre. Il y en avait une en face de la notre qui était libre. On la teste et on déménage

Pendant ce temps, je tombe malade. Normal. Une grippe que je tiens au Reiki pour ne pas qu'elle se développe, mais bon. Tout ça est usant pour des vacances. Et puis je deviens acariâtre. Mon entourage ramasse. Je me vois faire. Je me maudit, mais bon.

Et je prends mal au dos. Une douleur que je connais. Une douleur qui est là quand je traîne avec moi, de la compagnie. Seulement, je n'ai pas réussi à détecter. Alors j'ai fait appel à une amie... chaman qui me l'a enlevé. Un mauvais esprit. Pfff. Il ne manquait plus que ça.

Bon mais revenons à notre chambre. On a encore rien réglé.

Le fait de changer de chambre nous a changé la vie. Les nuits sont enfin réparatrices et les siestes profondes.

Et puis, pendant la petite ballade du jour, Madame Enzo raconte: "T'as vu la poupée dans la chambre?"
Moi: Non.
Elle: Ah ouai!! C'est ou qu'on a vu que les masques africains et certaines représentations humaines pouvaient apporter du négatif?
Moi: Ben oui. C'est vrai. Mais je ne vois pas de quelle poupée tu parles?
Elle: Elle s'est sans doute cachée de toi?
Moi: .....

Je ne vous raconte pas qu'en rentrant j'ai sauté sur Antoinette et que j'ai été voir? Si?

Bon, puisque tu insistes, je continue. 

Je rentre dans la chambre et fais attention à mes sensations. Oups!! Ça ferme. Madame Enzo dit qu'elle avait mal au chakra du plexus solaire quand on était là.

IMG_20171228_173331
Je me dirige vers la belle. Et je teste. Mon échelle me donne -14. Cette valeur là, c'est zone pathogène, risque sérieux de maladie. Voilà voilà.

On la sort de la chambre. Tout de suite on se sent mieux.

Et pourquoi le titre me diras-tu?
Si t'as un peu de jugeote tu vas trouver.